11:08 - October 28, 2020
Code de l'info: 3474590
Téhéran(IQNA)-Les observateurs estiment qu’en plus de la volonté de cacher la crise intérieure qui sévit en France, la trahison des régimes arabes et leurs compromis avec l'ennemi sioniste ont encouragé le président français à justifier les insultes à l'islam et au Prophète (psl).
Selon le site d'information arabophone Al-Alam, l'insolence du président français, Emmanuel Macron, à propos des valeurs de l'Islam et du Prophète (psl), a provoqué des réactions de colère en France et dans le monde.
 
En défendant la légalité de la publication des caricatures du Prophète (as) dans le magazine français « Charlie Hebdo », Macron a intensifié les attaques islamophobes et justifié les insultes aux musulmans, après l’assassinat d'un professeur de français qui avait montré à ses élèves des caricatures du Prophète (psl).
 
Les propos insultants de Macron vont certainement au-delà de sa volonté de lutter contre ce qu'il appelle le « séparatisme islamique » en France, et avant de présenter les véritables objectifs de cette campagne, il faut dire que sans la soumission de certains pays islamiques à l’Occident, le président d’un pays occidental ne se permettrait pas une telle arrogance.
 
Certains gouvernements de pays islamiques exécutent les ordres des États-Unis et du régime sioniste en normalisant leurs relations avec l'ennemi sioniste, sans demander l’avis de leurs nations. Ces régimes tuent des musulmans dans différents pays et ne condamnent pas non plus les insultes à l'islam, mais les peuples de ces pays, qui n'ont pas trahi la question de la Palestine, ne resteront pas silencieux face à ces outrages au Prophète (psl).
 
En France, les organisations musulmanes ont exprimé leur inquiétude que les propos du président français et son projet de confrontation avec l'islam répandent la haine et créent des pressions qui contribueraient à un amalgame entre les enseignements de l'islam et les actes extrémistes, sachant que le soutien à l'extrême droite en Europe, ne fera qu'augmenter les violences.
 
Dans le monde islamique, l'Iran, le Liban, le Koweït, la Syrie, la Turquie, le Pakistan, Al-Azhar et l'Égypte ont réagi de manière significative. Mais le différend entre la France et la Turquie, s'est transformé en un échange d’insultes personnelles, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, ayant appelé son homologue français à « soigner sa santé mentale », poussant les responsables français à convoquer leur ambassadeur à Ankara.
 
Les réseaux sociaux, quant à eux, ont appelé au boycott des produits français sous l’hashtag #boycott_french_products, et d'autres hashtags dans lesquels les utilisateurs ont exprimé leur colère face à la publication continue des caricatures, qui figurent sur la liste des hashtags les plus suivis dans les pays arabes.
 
La campagne de boycott des produits français risque de coûter cher à la France, car personne ne peut se permettre de se moquer de près de deux milliards de musulmans dans le monde. Les observateurs estiment qu'il s'agit pour Macron, de détourner l’attention des manifestations contre sa politique, et de la situation économique défavorable qui sévit en France.
 
En raison de sa faible popularité et des nombreux problèmes économiques, le président français utilise l'islam pour obtenir des avantages politiques et sortir de ses problèmes intérieurs. Selon les observateurs français, l'attaque contre l'islam est devenue un moyen pour le président, d’échapper aux pressions et aux crises internes, et comme on l’appelle en politique, est une fuite en avant.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: