8:32 - November 01, 2020
Code de l'info: 3474620
Téhéran(IQNA)-Le leader du Mouvement ''Sagesse nationale'' en Irak, Seyyed Ammar Hakim, a souligné que la crise des caricatures est plutôt l'occasion de présenter l'Islam et de corriger l'image de la religion sainte des mauvais comportements des terroristes extrémistes Takfiri.

Selon l'agence de presse Taghrib (APT), les hauts dignitaires religieux irakiens présents à la cérémonie d'ouverture de la 34e Conférence de l'unité islamique, qui s'est tenue en ligne, ont qualifié cet événement annuel d'occasion de nettoyer l'image de l'Islam des ternissures apportées par les terroristes Takfiri, soulignant que la solidarité est la base du succès de tout mouvement.

"Unir les points de vue dans chaque campagne est une base pour le succès car sans solidarité, il n'y a pas de pouvoir", a-t-il déclaré

Il a qualifié la nation musulmane de nation dotée d'un potentiel suffisant pour la créativité, l'intelligence et l'efficacité et a déclaré : "Nous devrions former des comités pour poursuivre les discussions dans le cadre de la Conférence de l'Unité islamique et parvenir à un résultat clair".

Un haut dignitaire religieux irakien a appelé l'Organisation de la coopération islamique (OCI), le Conseil mondial du rapprochement des écoles islamiques et d'autres organisations du monde musulman à jouer un rôle efficace dans l'amélioration des relations entre les États musulmans et à s'orienter vers la concrétisation de plans fondamentaux dans le monde musulman, dont le plus important est l'unité du monde musulman.

Seyyed Ammar Hakim a également évoqué la question de la Palestine comme une crise majeure dans le monde de l'Islam et a déclaré que le problème ne sera pas marginalisé pendant tout ce temps.

Il a déclaré : "Utiliser abusivement les circonstances pour promouvoir la normalisation des liens avec Israël est un investissement vain".

Il a de nouveau condamné la réimpression des caricatures insulatantes le prophète Mohammad (SAWA) dans un magazine français et a déclaré : "Insulter les sacrés de l'Islam ne peut être considéré comme une opinion ou une liberté d'expression car la liberté n'a pas de sens lorsqu'elle contraste avec les intérêts du peuple, sans parler des saintestés et des croyances de près de deux milliards de musulmans dans le monde".

taghribnews

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: