7:42 - December 25, 2020
Code de l'info: 3475226
Téhéran(IQNA)-Les prisonnières palestiniennes nouvellement détenues sont soumises à des sévices et à la torture dans une section spéciale de la prison "Hasharon" appelée "Al-Maabar", qui ressemble plus à l'isolement, où elles sont détenues pendant des jours et parfois des semaines.
Ce jeudi 24 décembre, l'Autorité des prisonniers et des affaires exécutives a déclaré: Les prisonnières nouvellement arrêtées sont soumises à des mauvais traitements et à la torture dans la section spéciale de la prison de Hasharon appelée "Al-Maabar", qui ressemble plus à l'isolement, car elles y sont détenues pendant des jours et parfois des semaines.
 
La commission a cité le témoignage des prisonnières, affirmant qu’elles vivaient dans des conditions tragiques et difficiles dans cette section avant d’être transférées à la prison de "Damoun". "Elles étaient gardées dans des pièces pourries pleines de caméras de surveillance, et leurs toilettes avec un mécanisme à travers lequel les eaux usées s'écoulent dans les chambres, qui ont des tapis en fer et des matelas en cuir sales et très fins qui causent des douleurs dans le dos, le cou et toutes les parties du corps."
 
Les détenues se sont également plaintes de mauvais traitements et de la nourriture fournie en quantité et en qualité, en plus de la présence de prisonniers criminels israéliens dans les quartiers voisins, criant et insultant tout le temps, et ils sont une source constante de désagréments pour les prisonnières 24 heures sur 24.
 
Les détenus se sont également plaints de la tragédie du bus, «véhicule de transport», entre les prisons et les tribunaux. Elles sont gardées dans des cages en fer fermées et froides pendant de longues heures, voire des jours, et sont privées de sommeil, de nourriture ou de défécation.
 
Il est à noter que les forces d'occupation ont arrêté environ 110 Palestiniennes cette année et que depuis le début de l'année 2020, le taux d'arrestations et de peines s'est intensifié à l'encontre des prisonnières palestiniennes, le nombre de femmes détenues jusqu'à mi-novembre atteignant environ 32.
 
Dès leur arrestation par les forces d'occupation israéliennes, les prisonniers palestiniens sont soumis à des passages à tabac, des insultes, des insultes et des insultes. Le harcèlement s'intensifie à leur encontre dès leur arrivée dans les centres d'enquête; Là où toutes les méthodes d'enquête sont pratiquées contre eux, qu'elles soient psychologiques ou physiques, comme les coups, la privation de sommeil, le shabeh pendant de longues heures, l'intimidation et l'intimidation, sans égard pour leur féminité et leurs besoins particuliers.
 
Toutes les prisonnières palestiniennes sont détenues dans la prison de Damoun, qui a été établie pendant la période du mandat britannique en tant que dépôt de fumée, où la fourniture d'humidité a été prise en compte pour préserver les feuilles de fumée lors de la construction, et après 1948, l'occupation a pris le relais et l'a transformée en prison, et cette prison a été fermée pendant une courte période pour être rouverte en 2001.
 
La prison de Damoun n'a pas les nécessités les plus élémentaires de la vie humaine. La plupart des pièces y sont mal ventilées et beaucoup d'entre elles sont propagées par les insectes et humides en raison de l'âge du bâtiment, et le sol qui est en béton. Cela fait qu'il fait très froid en hiver et très chaud en été.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: