Guide suprême de la révolution islamique:
15:33 - February 07, 2021
Code de l'info: 3475688
Téhéran(IQNA)-« Les Américains et les Européens n'ont pas le droit de nous imposer des conditions, car ils ont violé leurs engagements envers l'accord nucléaire », a déclaré le guide suprême de la révolution lors d'une audience accordée au personnel de l'Armée de l'Air iranienne.

A l'occasion du 42ème anniversaire de tentative du coup d'Etat de l'administration Carter contre les révolutionnaires iraniens, tentative qui a lamentablement échoué sur fond de la défection des centaines d'officiers de l'armée de l'air du Shah et de leur ralliement au camp de la Révolution, le Leader de la Révolution islamique, et commandant en chef des forces armées iraniennes, l'Ayatollah Khamenei a reçu en audience, ce dimanche 7 février, un nombre de commandants et de pilotes de l'armée de l'Air.

« Les Américains et les Européens n'ont pas le droit de nous imposer des conditions, car ils ont violé leurs engagements envers l'accord nucléaire. Par contre, la partie qui doit poser des conditions, est la RII qui a tenu ses engagements au titre du PGAC. L'Iran ne reviendra donc à ses obligations nucléaires que lorsque les États-Unis lèveront toutes les sanctions dans les faits et pas en parole ou sur papier. Et cette levée de sanctions devra évidemment être mise à l'épreuve de vérité par l'Iran. Telle est la politique définitive et irréversible de la République islamique sur laquelle il y a un consensus parmi tous les responsables iraniens, et personne ne s'en écartera », a souligné le Leader avant d'évoquer l'une des erreurs la plus colossale de l'administration démocrate sous l'ex président Carter : « Les Américains avaient fondé de grands espoirs sur l’armée impériale du Shah et ils avaient même fomenté un coup d'État pour empêcher la chute du régime de Shah sur fond d'arrestation des dirigeants de la révolution. Or c'était sans compter avec une Armée de l'Air iranienne qui a tourné le dos au régime et a choisi de s'engager aux côtés de la nation, quitte à contrecarrer le plan diabolique des démocrates américains. ce fut un certain 8 février 1979 »

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Et d'ajouter : « cette erreur de calcul originelle, les Etats-Unis continuent à en commettre face à l'Iran. Les Américains n'ont aucune perception juste et réaliste de la situation iranienne .. et ceci les a conduit à en commettre une autre, le projet de la révolution de couleur de 2009. Le président démocrate de l’époque a officiellement apporté son soutien à ce mouvement séditionniste, croyant sans doute que c'était la fin de l'Etat iranien...Sous Trump, l'un de ces mêmes responsables US, un imbécile lui aussi, avait promis de fêter le janvier 2019 à Téhéran (John Bolton, NDLR). A l'heure qu'il est plus personne ne parle de lui, jeté qu'il est aux orties. Idem pour son président, expulsé de la manière la plus scandaleuse qui soit de la Maison Blanche et la République islamique est là, ferme, solide à suivre les revers consécutifs américains".

Plus loin dans ses propos, le Leader de la Révolution islamique a évoqué le récent scandale électoral aux Etats-Unis et l'écroulement du régime Trump : " La présidentielle américaine et le scandale qui l'entoure ont marqué le total discrédit du régime politique américain, la fin de l'ordre politique et social US, tel qu'il existait jusqu'ici. Ce qui nous renvoie aux prises de position récentes des Américains et des Européens au sujet de l'accord nucléaire. Ni les Américains ni les Européens n'ont aucun droit assujettir leur retour au PCAG à quelle que condition que soit, étant eux-mêmes les premiers violateurs de cet accord.


L’honorable Ayatollah Khamenei a souligné qu’il ne fallait pas être simpliste face à l’ennemi et ses calculs pourtant erronés. “Parmi d’autres facteurs qui ont largement contribué dans la victoire de la Révolution islamique sont à évoquer les efforts inlassables et la présence active du peuple iranien sur la scène, un peuple qui croyait en la nécessité de leur présence et qui avait confiance en les promesses divines”, a-t-il ajouté.
Le Leader de la Révolution islamique a souligné que rien ne serait fait en restant les bras croisés : “Il faut que les responsables passent à l’acte pour multiplier et renforcer les éléments du pouvoir national en travaillant et en faisant confiance à Dieu. Il faut qu’ils produisent du pouvoir en pratique. Pour produire du pouvoir, l’une des mesures qu’il faut entreprendre consiste à renforcer les forces armées en tenant compte de la situation de la région et du monde.”
Dans la foulée, l’honorable Ayatollah Khamenei a loué les récents exercices militaires organisés en Iran : “L’organisation de telles manœuvres d’envergure et incroyables, notamment sous les sanctions, reste vraiment glorieuse et prouve comment la sécurité nationale est assurée par les enfants du pays”.
Pour le Leader de la Révolution islamique, “l’acquisition de nouveaux équipements militaires n’est pas le seul facteur du renforcement des forces armées”.
“Il faut également rehausser le moral des forces armées d’autant plus qu’elles sont équipées d’une puissance spirituelle”, a-t-il noté.
Et de continuer : “Certains pays de la région commettent une grande erreur en sollicitant leur sécurité nationale auprès des étrangers alors que ces derniers ne les aideront pas dans les situations critiques malgré les milliards de dollars que ces pays ont dépensés et des humiliations qu’ils ont subies. Nous en avons constaté des exemples, il y a quelques années, dans les évolutions qui se sont produites dans des pays comme l’Égypte et la Tunisie ou encore dans le sort de Mohammad Reza Pahlavi en Iran.”
Le Leader de la Révolution islamique a ensuite recommandé d’éviter toute erreur à l’intérieur du pays : “L’une des erreurs les plus grandes serait de se laisser intimider par le pouvoir de l’ennemi ou de mettre notre espoir sur l’ennemi dans les affaires politiques et économiques.”
“Il ne faut pas exagérer sur le pouvoir et les capacités intérieurs. Il faut que nous constations bien les réalités à l’intérieur du pays et que nous les rehaussions à un degré supérieur. Que nous sachions que si nous nous laissions intimider par les moindres capacités de l’ennemi, nous ne réussirons pas.”
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré qu’il fallait rappeler à ceux ayant des évaluations irréelles sur les capacités des États-Unis, les récents événements survenus dans ce pays : “Les événements scandaleux qui ont eu récemment lieu aux États-Unis ne sont pas quelque chose de sans importance et ils ne doivent pas être uniquement considérés comme signes du déclin d’un mauvais président. Ces événements mettent en évidence le déclin de la dignité, de la puissance et de l’ordre social des États-Unis”.
Le Leader de la Révolution islamique s’est ensuite attardé sur les analyses des experts politiques américains pour conclure : “Ils disent que le système social des États-Unis est pourri de l’intérieur et certains parlent même de l’époque post-américaine”.
“Si les événements qui ont eu lieu aux États-Unis s’étaient produits dans un autre coin du monde, notamment dans les pays attiraient l’attention et la convoitise des Américains, ces derniers ne les auraient pas laissés tranquilles. Cependant, puisque l’empire médiatique reste entre les mains des États-Unis, ceux-ci tentent de suggérer que tous ces événements auraient fini alors que ce n’est qu’un début”.
Pour l’honorable Ayatollah Khamenei, “le désarroi dans lequel se trouvent les régimes inféodés aux États-Unis, notamment le régime sioniste, les a poussés à lancer des fanfaronnades. Ce désarroi puise son origine dans la peur et l’angoisse nourrie par le déclin des États-Unis sur la scène intérieur, voire international.”
Le Leader de la Révolution islamique a ensuite évoqué les récentes déclarations des responsables américains et européens au sujet des sanctions anti-iraniennes : “Premièrement, personne au sein de la République islamique ne fait aucune attention aux fanfaronnades des personnalités maladroites aux États-Unis ni en Europe. Deuxièmement, la logique et l’argument demandent que les États-Unis et les trois pays européens qui ont fait fi de leurs engagements n’aient pas le droit de poser des conditions pour un retour à l’accord nucléaire.”
“Au début, ils ont gelé une partie des sanctions pour une durée très courte, mais ils les ont ensuite restituées, voire intensifiées. Ils ne sont donc en droit de poser aucune condition. La partie qui a le droit de poser ses conditions pour le maintien de l’accord nucléaire est la République islamique d’Iran, car celle-ci a rempli sa part du contrat avant qu’ils ne violent pas leurs engagements”.
Selon l’honorable Ayatollah Khamenei, “la politique décisive, irréversible et indéniable de la République islamique face à l’accord nucléaire, agréée par tous les responsables du pays, est la suivante : s’ils veulent que l’Iran reprenne ses engagements, pris dans le cadre de l’accord nucléaire, il faut que les États-Unis annulent toutes les sanctions, de manière effective et non pas en parole ou sur le papier. Ensuite, l’authenticité de la levée des sanctions sera vérifiée par nous et la République islamique d’Iran reprendra ses engagements.”
Le Leader de la Révolution islamique a appelé les responsables du pays à rester parfaitement solidaires, ajoutant que la solidarité entre les Iraniens et les responsables était un facteur clé pour surmonter les problèmes survenus pendant les 42 dernières années.
Le commandant en chef des forces armées a recondamné aux forces défensives du pays de continuer de produire du pouvoir, soulignant que l’avenir de la nation et du pays serait certainement meilleur qu’aujourd’hui grâce à Dieu et aux prières de l’Imam du Temps. Lors d’un discours qui a précédé celui du Leader de la Révolution islamique, le général de brigade Nassirzadeh, commandant de l’armée de l’air de la République islamique d’Iran, a rendu son rapport annuel sur les activités de cette force, disant que l’armée de l’air continuait de renforcer le pouvoir aérien du pays.

presstv

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: