12:09 - September 15, 2021
Code de l'info: 3478019
Téhéran(IQNA)-« Les expériences utiles de l'Iran dans la lutte contre les groupes extrémistes comme Daesh peuvent être utilisées dans d'autres parties du monde », a déclaré un responsable de l'Organisation iranienne de la culture et des relations islamiques.

Le directeur général de la coopération scientifique de l'Organisation de la culture et des relations islamiques a présenté, lors d’une réunion virtuelle organisée par l’Agence iranienne de presse coranique (Iqna) et le conseiller culturel iranien à Islamabad, les expériences réussies de l'Iran dans la lutte contre l'extrémisme religieux, qui peuvent aider à une coopération internationale dans la lutte contre les groupes terroristes, salafistes et wahhabites.

ایران نمونه موفق مبارزه با افراط‌گرایی است/ اتحاد دینداران؛ راه مقابله با سوء تعبیرهای دینی

Ali Akbar Ziaei, auteur, chercheur et directeur général de la coopération scientifique et universitaire de l'Organisation de la culture et des relations islamiques, a déclaré : « Les interventions des pays riches au Moyen-Orient, pour accroître l'accès aux ressources en carburant, la concurrence internationale en matière de sécurité et militaire dans la région, le sous-développement éducatif et scientifique, le chômage des jeunes, les gouvernements autoritaires de la région et surtout l’absence des élites intellectuelles dans l'organisation des mouvements politiques dans la région, ont ouvert la porte aux conceptions extrémistes de la religion et à la formation de groupes extrémistes religieux qui constituent une menace pour la sécurité mondiale. Pour faire face à ce phénomène, l'Iran a eu des expériences utiles qui peuvent être utilisées dans d'autres parties du monde. L'un des groupes extrémistes religieux les plus dangereux est le groupe de Daesh qui a occupé une grande partie de la Syrie, de l'Irak et une petite partie de la Libye, du Nigeria et de l'Afghanistan, et a annoncé en 2014, qu'il établirait un califat mondial dans le monde. Le groupe a pu répondre aux besoins matériels, militaires et d'équipement des combattants djihadistes, en accédant à d'abondantes ressources financières via la surveillance bancaire, les puits de pétrole et de gaz, les taxes, l'extorsion et le vol de fonds, les prises d'otages et les dons d'associations à but non lucratif ou caritatives. Il a également investi des millions de dollars dans les armes et le développement militaire, en accédant aux réseaux de communication modernes. Bien que les dernières villes sous influence de Daesh en Syrie et au Liban, aient été libérées, le danger de ce groupe extrémiste demeure dans la région, et la possibilité de transférer des combattants et des terroristes vers les pays européens est élevée. Les groupes extrémistes ont étonnamment réussi à attirer les jeunes Européens en accédant à la propagande médiatique et aux réseaux Internet gratuits. En utilisant des comptes sur Twitter, Facebook et YouTube, ces groupes ont publié des nouvelles, des images et des vidéos en français, anglais, arabe et dans d'autres langues. Selon les dernières statistiques obtenues auprès des combattants de Daesh, environ 2 000 personnes en France, 700 personnes en Allemagne et 600 personnes en Grande-Bretagne ont rejoint les terroristes de Daesh, qui ont tous la citoyenneté européenne et peuvent aider à créer des réseaux secrets de groupes extrémistes.

L'élément le plus important de la Constitution de la République islamique d'Iran est le principe de la Wilayat-e-Faqih. L'imam Khomeiny, leadeur de la Révolution islamique d'Iran, a déclaré qu'il créerait l'unité entre les chiites et les sunnites, et éliminerait les discriminations. Le gouvernement iranien était obligé de contrôler la croissance de l'extrémisme religieux, au niveau gouvernemental, en établissant des centres scientifiques et de recherche, et des organisations culturelles, pour empêcher la formation de noyaux extrémistes.

L'Assemblée mondiale pour le rapprochement des écoles islamiques, l'Institut d'études sur le rapprochement, l'Agence de presse sur le rapprochement et l'Université des écoles islamiques, ont également joué un rôle dans la convergence des universitaires du monde islamique, avec la tenue de réunions spécialisées pour contrer l'extrémisme, la formation d'érudits et de prédicateurs à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iran, et la création de branches spécialisées à l'Université des écoles islamiques qui est une des tâches stratégiques de l'infrastructure gouvernementale de la République islamique d'Iran dans la lutte contre l'extrémisme religieux. Cette infrastructure comprend des lois, des règlements et des stratégies exécutives qui peuvent être des indicateurs stratégiques pour les politiques gouvernementales iraniennes et à l'étranger. L'article 12 de la Constitution iranienne met l'accent sur le respect des religions et la liberté des cérémonies religieuses, de l'enseignement religieux et des affaires politiques et administratives des sunnites. En conséquence, la liberté de former des partis est garantie à l'article 26 et la présence de représentants sunnites à l'Assemblée consultative islamique, est garantie conformément à l'article 64 de la Constitution. L'égalité de tous les adeptes des écoles chiites et sunnites, est garantie conformément à Articles 19 et 20 de la Constitution ».

ایران نمونه موفق مبارزه با افراط‌گرایی است/ اتحاد دینداران؛ راه مقابله با سوء تعبیرهای دینی

Abbas Kazemi, professeur à l'Université Qaed Azam au Pakistan, qui participait à ce webinaire, a déclaré dans un discours sur « La rationalité religieuse et l’extrémisme religieux » : « L'une des façons dont la rationalité peut aider à améliorer les choses dans la société, est de comprendre que nous devons travailler avec les autres. Les mouvements de dialogue interreligieux ont beaucoup fait pour rassembler des personnes de différentes confessions vers des objectifs communs. Cela signifie mettre de côté les différences pour avancer vers des objectifs communs. C'est un aspect rationnel très important de la religion, d'une part nous devons rapprocher les différentes religions et leurs adeptes, et d'autre part nous devons poursuivre des objectifs communs. Parmi les trois religions abrahamiques, l'islam, le judaïsme et le christianisme, l'extrémisme chez les musulmans est généralement abordé alors qu’il y a aussi des juifs et des chrétiens extrémistes qui peuvent également commettre des actions violentes au nom de la religion. Le terme « extrémisme religieux » fait référence à des actions basées sur la croyance et la foi, qui sont une tentative délibérée de nuire à autrui. Les médias ‌essaient d'exagérer les actions négatives de certains religieux et de faire croire que tous les religieux sont des extrémistes. Ceux qui se tournent vers l'extrémisme ciblent la tolérance religieuse qui est une question fondamentale dans toutes les religions, ainsi que le multiculturalisme et l'égalité. L'Islam signifie la paix et a toujours promu la paix. Les recherches sur l'islam montrent que presque tous les aspects de cette religion sont basés sur la rationalité. Il en est de même pour les autres religions. Les gens qui se sont tournés vers l'extrémisme ont en fait, mal interprété les enseignements religieux. Lorsque l'ex-Union soviétique a envahi l'Afghanistan, les États-Unis et les puissances occidentales sont allés en Afghanistan, ont abusé des sentiments religieux de la jeunesse arabe et ont emmenés ces jeunes en Afghanistan au nom du djihad contre les Soviétiques. Mais lorsque l'Union soviétique s'est effondrée et que les Occidentaux ont quitté l'Afghanistan, ces jeunes Arabes sont restés dans la région et sont devenus des extrémistes. Nous n'avons rien qui s'appelle terrorisme islamique parce qu'il n'y a pas de place pour le terrorisme dans l'Islam. Nous avons le concept de djihad dans l'Islam, et le concept de guerre sainte, dans différentes religions, mais ces concepts concernent l'autodéfense. Lorsque des forces étrangères vous attaquent, c'est votre droit fondamental et naturel de vous défendre. Donc, en fait, le djihad et la guerre sainte sont basés sur l'autodéfense. Malheureusement, ceux qui se tournent vers l'extrémisme dans différentes religions, abusent du concept de djihad et de guerre sainte, à des fins illégitimes et terroristes. Par conséquent, une différence fondamentale doit être faite entre le djihad et le terrorisme. Lier le terrorisme à l'Islam est une interprétation erronée du djihad. Je crois que quiconque veut comprendre l'Islam doit se référer à ses sources de première main et comprendre l'Islam de manière rationnelle. Bien sûr, la rationalité doit être définie du point de vue islamique, et non du point de vue occidental. À mon avis, si nous connaissons la rationalité religieuse d'un côté, et l'extrémisme religieux de l'autre, nous réaliserons qu'il n'y a de place pour l'extrémisme dans aucune religion, et que toutes les religions sont basées sur la rationalité issue des principales sources des différentes religions ».

3996006

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: