8:33 - July 01, 2017
Code de l'info: 3463480
Dans une interview accordée au magazine Esquire Sport, Paul Pogba est revenu sur l'attentat commis à Manchester, le 22 mai dernier, et évoque son rapport à sa religion, l'islam.
Pogba:
A une dizaine de jours de la reprise de l'entraînement avec Manchester United, déjà programmée le 9 juillet prochain, Paul Pogba a fait sa rentrée médiatique ce vendredi avec une interview accordée à la version sport du célèbre magazine américain Esquire. Le milieu de terrain de 24 ans y évoque notamment son départ de Manchester United pour la Juve en 2012 et son retour l'été dernier: "J'ai quitté Manchester pour jouer, c'est tout ce que je voulais. Même si j'étais jeune, je me sentais capable de jouer tout de suite et je ne voulais pas attendre. Donc, si ce n'était pas avec Manchester, ça pouvait être ailleurs. Mais, dans mon esprit, je savais aussi que ça n'était pas fini et que je pourrais revenir".

Nous ne pouvons pas les laisser entrer dans nos têtes
Un retour qui s'est soldé par une sixième place en Premier League, mais aussi trois nouveaux trophées dans l'escarcelle des Red Devils: la Ligue Europa, la Coupe d'Angleterre et le Community Shield. "J'accepte le fait que l'on nous dise que l'on n'a pas bien joué. Mais je sais aussi ce que nous avons fait, nous avons gagné trois trophées. Et c'est tout ce qui compte. Vous pouvez être la meilleure équipe du monde, bien jouer au football, mais ne gagner aucun trophée. Et qui s'en souvient ? Personne. C'est juste, non ?"
L'international tricolore a également évoqué l'attentat commis le 22 mai dernier à Manchester, où un terroriste islamiste s'est fait exploser, tuant plus de vingt personnes et faisant des centaines de blessés à la sortie d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande. Musulman pratiquant, Paul Pogba a tenu à faire la part des choses entre sa religion et un tel acte: "C'est un moment très difficile, mais vous ne pouvez pas abandonner. Nous ne pouvons pas les laisser entrer dans nos têtes. Nous devons nous battre pour cela. Des choses tristes surviennent dans la vie, mais vous ne pouvez pas vous arrêtez de vivre. Vous ne pouvez pas tuer un être humain. Tuer un être humain, c'est quelque chose de fou, donc je ne veux pas y mettre la religion. Ce n'est pas l'islam et tout le monde le sait. Je ne suis pas le seul à le dire", a ainsi confié le natif de Lagny-sur-Marne, qui a profité de l'intersaison pour faire un pèlerinage à La Mecque. 

Dans cet entretien, le joueur lancé par Alex Ferguson est également revenu sur la disparition de son père, Fassou Antoine Pogba, décédé courant mai: "Lorsque vous perdez quelqu'un que vous aimez, vous ne pensez plus de la même façon. C'est pourquoi je dis que j'aime la vie, car ça va très vite. Je me souviens quand je parlais à mon père et maintenant il n'est plus là. C'était un homme très fort, très têtu aussi. Il s'est battu, mais à son âge, ce n'est pas facile. C'était un homme très bon, un très bon père et je suis fier d'être son fils". Des épreuves de la vie qui lui ont permis d'acquérir une forme de sagesse qu'il résume ainsi, faisant référence à son transfert de l'été dernier, le plus cher dans l'histoire du football (105 millions d'euros): "Ce sont les gens qui me rappellent cela, moi, après une semaine, j'avais oublié. Car, à la fin, le plus cher comme le moins cher, on se retrouve tous dans la même tombe. Je ne pense même pas à ça". 
sports

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: