8:18 - February 21, 2018
Code de l'info: 3465519
Dans l’Amérique de Trump, là où pour complaire au puissant lobby pro-israélien et flatter l’électorat évangélique sioniste, la décision désastreuse de faire de Jérusalem la capitale d’Israël a été prise, dans son Bureau ovale, par le nouvel incendiaire du Proche-Orient, des voix célèbres s’élèvent pour appeler à la libération d’Ahed Tamimi.


Dans cette clameur de protestation qui monte, l’indignation très perceptible de Sarah Silverman, une actrice, humoriste et productrice de confession juive, s’est mêlée à celle d’une douzaine d’artistes – dont Danny Glover (Lethal Weapon), Rosario Dawson (Rent, Seven Pounds) ou encore Jesse Williams (Grey’s Anatomy) –  mais aussi d’universitaires et de sportifs de haut niveau, et a eu une forte résonance.


Loin de l’ironie décapante dans laquelle elle excelle pour traiter, sur scène, des sujets aussi délicats que sont le racisme, les religions et le sexisme, c’est avec gravité qu’elle a demandé à la communauté juive des Etats-Unis de « se lever contre l’injustice commise par le gouvernement israélien », en la sensibilisant à la détention arbitraire infligée à la jeune héroïne de Nabi Saleh.


« Même si cela revient à prendre ses distances avec le gouvernement israélien, tous les Juifs – et eux en particulier – devraient protester contre l’arrestation et le maintien en détention par Israël d’une enfant qui a giflé un soldat », a twitté la star américaine.Sarah Silverman a changé de registre pour la bonne cause, s’empressant de joindre le geste à la parole en signant une pétition en faveur d’Ahed Tamimi, tout en relayant sur son compte Twitter la grande campagne de sensibilisation lancée par Amnesty International pour sa relaxe, ainsi que pour celle de tous les enfants palestiniens cruellement privés de liberté.


 Share« Les Juifs doivent se lever MÊME quand – surtout quand – le méfait provient des Juifs / le gouvernement israélien », a-t-elle renchéri, après avoir lu avec effroi le communiqué d’Amnesty international : « En détention, Ahed Tamimi subit des interrogatoires agressifs, parfois la nuit. Des menaces ont été proférées contre sa famille. Son procès devant un tribunal militaire israélien pour mineurs est imminent – nous devons nous mobiliser rapidement et efficacement ».


D’éminentes personnalités américaines sont allées jusqu’à comparer le sort révoltant réservé à la jeune icône de la résistance palestinienne, et ce, au mépris des droits sacrés de l’enfance, à celui de jeunes Noirs, persécutés et abattus par la police chez l’oncle Sam.

oumma

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: