8:41 - July 15, 2020
Code de l'info: 3473473
Téhéran(IQNA)-un musulman licencié après avoir demandé des pauses pour accomplir sa prière Un musulman a été licencié après avoir demandé des pauses de prière, selon une plainte.
Un homme musulman qui dit avoir été licencié de son travail à Indianapolis l’année dernière après avoir demandé à son employeur de l’autoriser à prier cinq fois par jour et accuse deux entreprises de discrimination religieuse.
 
E’Lon Brown, 37 ans, affirme qu’Automatic Distributors Corp. et StaffMax ont fait preuve de discrimination à son encontre en refusant ses demandes de prendre de brèves pauses de prière et d’assister aux prières de la congrégation appelées «jumu’ah».
 
Les entreprises ont ensuite exercé des représailles contre Brown pour avoir demandé l’hébergement en mettant fin à son emploi, selon une plainte déposée lundi auprès de la U.S.Equal Employment Commission et de l’Indiana Civil Rights Commission. Il travaillait depuis environ une semaine.
 
Brown a travaillé pour Automatic Distributors, qui est basé à Bangor, dans le Maine, mais a un bureau au 5111 W. 76th St. Il était employé par StaffMax, qui est une agence de recrutement à Speedway.
 
Martin Cain, l’un des propriétaires de StaffMax, a déclaré jeudi qu’il n’avait pas encore reçu de copie de la plainte et a déclaré que la société nie les allégations.
 
« Nous soutenons vigoureusement toutes les lois sur l’emploi, fédérales et étatiques », a-t-il déclaré. « Il s’agit de la première allégation de discrimination religieuse que nous ayons jamais enregistrée. »
 
En tant que musulman fervent, selon la plainte, Brown doit prier cinq fois par jour – à l’aube, vers midi, l’après-midi, après le coucher du soleil et le soir. Les prières durent environ cinq ou 10 minutes. Il assiste également aux prières de la congrégation tous les vendredis vers midi pendant une heure.
 
Brown a été embauché en tant qu’emballeur chez Indianapolis chez Automatic Distributors le 17 décembre 2019. Le lendemain, il a demandé un hébergement religieux par le biais de StaffMax pour prier cinq fois par jour et assister à la jumu’ah. Sa mosquée n’était qu’à cinq minutes, selon la plainte.
 
StaffMax a répondu, selon la plainte, en lui demandant de parler à son superviseur. L’agence a déclaré qu’elle informerait également son superviseur. Mais l’agence a ajouté: « C’est quelque chose qui aurait dû nous être communiqué avant de commencer à travailler », a indiqué la plainte.
 
Brown dit que ses deux superviseurs ont reçu sa demande mais l’ont rejetée. Quand il a fait un suivi avec eux environ une semaine plus tard, l’un des superviseurs lui a dit qu’ils ne pourraient pas l’accueillir parce que s’ils le faisaient « ils devraient héberger tout le monde, ce qu’ils ne pourraient pas faire », a indiqué la plainte.
 
Puis, le 26 décembre, Brown dit avoir reçu un message texte de StaffMax mettant fin à son emploi.
 
Un employé de StaffMax a par la suite confirmé que son affectation avait été interrompue en raison de ses « besoins religieux », selon la plainte.
 
La plainte accuse StaffMax et Automatic Distributors d’avoir violé le titre VII de la loi sur les droits civils de 1964, qui interdit la discrimination fondée sur la religion d’une personne.
 
Brown demande des dommages-intérêts
L’avocat de Brown, Zanah Ghalawanji, qui travaille pour le Fonds de défense juridique du Conseil des relations américano-islamiques, a déclaré à IndyStar qu’elle et son client espèrent que les entreprises mettront en œuvre des politiques qui permettront aux employés de demander « des aménagements religieux raisonnables ».
 
« La loi exige déjà que les employeurs accordent des aménagements raisonnables tant que ces aménagements ne représentent pas un fardeau pour l’employeur », a-t-elle déclaré. « Il n’y a aucune raison de ne pas leur en donner. M. Brown a été complètement refusé, et les distributeurs automatiques ont dit qu’ils n’allaient pas loger qui que ce soit dans l’entreprise. »
 
Ghalawanji a déclaré qu’ils demandaient également des dommages-intérêts à Brown.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: