11:07 - July 25, 2020
Code de l'info: 3473587
Téhéran(IQNA)-A l’initiative du Collectif du 10 novembre contre l’islamophobie, un rassemblement est organisé ce samedi 25 juillet à 13h, à proximité de l’ambassade de Chine, Place André Tardieu à Paris. Un rassemblement pour dire Stop au génocide des Ouïghours.     
Voici les explications de Torya Akroum, une des porte-paroles du Collectif contre l’islamophobie, qui organise samedi 25 juillet 2020, un rassemblement près de l’ambassade de Chine à Paris.
 
 
Pourquoi avoir décidé d’organiser un tel rassemblement ? 
La situation sur place s’empire. Dans la région de Xinjiang en Chine, 3 millions de Ouïghours sont enfermés dans des camps dits de “rééducation” juste parce qu’ils sont musulmans.
 
Dans ces camps, les Ouïghours subissent tortures, viols, stérilisation, prélèvements d’organes, lavage de cerveau pour supprimer l’Islam de leur croyances.
 
Avec ce rassemblement, nous voulons aussi dénoncer le silence de la communauté internationale. Pour des raisons économiques, l’immense majorité des pays s’accommode de ce génocide.
 
Les prisonniers ouïghours sont également exploités par des entreprises chinoises qui fournissent des grandes marques internationales, elles sont 83 au total, comme Nike, Zara, H&M, Microsoft, Volkswagen, Apple, Google, Amazon…
 
Selon vous, pourquoi le gouvernement chinois agit de la sorte ?
Depuis une série d’attentats attribués à des membres de l’ethnie des Ouïghours, le gouvernement chinois impose des mesures de sécurité dans la région de Xinjiang.
 
Les autorités chinoises ont construit des camps qui ont pour but officiellement d’éradiquer le terrorisme.
 
En réalité, ils permettent à la Chine d’effectuer un nettoyage ethnique pour se débarrasser de la population Ouïghoure.
 
Vous êtes également inquiète de ce qu’il se passe en France…
Effectivement. Le gouvernement français va présenter à la rentrée un projet de loi contre les “séparatismes” pour “éviter que certains groupes ne se referment autour d’appartenances ethniques ou religieuses”, et afin de lutter contre “l’islam radical”.
 
Cela nous paraît très flou et inquiétant. Vont-ils ficher les musulmans de ce pays ? Et sur quels critères et surtout qui va définir les critères de radicalisation?
 
Je ne compare pas la situation des musulmans en France avec celle en Chine. Mais après la commission sénatoriale sur la radicalisation, nous avons de quoi être inquiets.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: