8:30 - October 26, 2020
Code de l'info: 3474550
Téhéran(IQNA)-Environ 200 personnes ont manifesté devant la résidence de l’ambassadeur de France en Palestine occupée samedi contre le président Emmanuel Macron, après avoir juré que son pays «n’abandonnerait pas les caricatures» représentant le Prophète Mohammed ﷺ.
Les manifestants composés principalement d’Arabes israéliens, dont certains portaient des masques chirurgicaux conformément à la réglementation sur les coronavirus, portaient des banderoles en arabe en soutien au Prophète ﷺ, ont déclaré des journalistes de l’AFP présents sur les lieux.
 
La manifestation a eu lieu dans le quartier majoritairement arabe de Jaffa à Tel Aviv, après les prières musulmanes du soir.
 
L’un des manifestants, Amin Bukhari, a accusé Macron de jouer le jeu de «l’extrême droite».
 
« Le Prophète Mohammed ﷺ est la chose la plus sacrée de l’Islam et quiconque attaque son honneur attaque tout un peuple », a-t-il déclaré à la foule.
 
Macron a déclaré mercredi qu’un professeur de français décapité devant son école près de Paris au début du mois « a été tué parce que les islamistes veulent notre avenir ».
 
Le professeur, Samuel Paty, a été assassiné après avoir montré des caricatures du prophète ﷺ lors d’un cours qu’il dirigeait sur la liberté d’expression.
 
« Nous n’abandonnerons pas les caricatures », a déclaré Emmanuel Macron, déclarant que les islamistes « n’auront jamais » l’avenir de la France.
 
S’exprimant devant la résidence officielle de l’ambassadeur de France Eric Danon, Bukhari a déclaré: « nous devons respecter Moïse parmi les Juifs, nous devons respecter Jésus-Christ qui est notre prophète aussi, et nous devons respecter le prophète Mohammed ﷺ ».
 
Le rassemblement s’est dispersé sans incident.
 
Les appels au boycott des produits français se multiplient dans le monde arabe et au-delà, en réponse aux propos de Macron.
 
Les dirigeants islamistes de la bande de Gaza, le Hamas, font partie de ceux qui ont condamné les propos de Macron.
 
« Insulter les religions et les prophètes n’est pas une question de liberté d’expression, mais favorise plutôt une culture de haine », a déclaré le Hamas dans un communiqué, mettant en garde contre des « conséquences » non spécifiées.
 
Le plus petit groupe qui opère également dans l’enclave palestinienne de Gaza, a déclaré qu’offenser l’islam et son Prophète ﷺ franchissait une «ligne rouge» et «ne pouvait être toléré».
 
 
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: