8:34 - February 02, 2021
Code de l'info: 3475627
Téhéran(IQNA)-Walid Kechida, un jeune militant algérien poursuivi pour avoir publié des « mèmes » moquant les autorités et la religion sur Facebook a été condamné dimanche 31 janvier en appel à un an de prison, dont six mois ferme, selon son avocat. Ayant passé 9 mois de détention, il a été remis en liberté.

Ce alors qu'un autre militant du mouvement de contestation Hirak, dont la condamnation à 10 ans de prison a été confirmée en appel en novembre 2020, par la cour d’appel de Khenchela, dans l’est de l’Algérie.

La cour d’appel de Sétif, dans le nord-ouest, a été plus clémente pour Walid Kechida, un jeune militant algérien poursuivi pour « offense au président (Abdelmadjid Tebboune) », « aux préceptes de l’islam » et « outrage à corps constitué ».

Elle l’a condamné dimanche 31 janvier à un an de prison, dont six mois ferme, à l’issue du procès en appel qui s’est tenu le 24 janvier. « On s’attendait à une relaxe car Walid Kechida n’a rien fait qui mérite la prison », a déclaré à l’AFP maître Fouad Betka, membre de son comité de défense. Mais « il a été condamné à un an de prison dont 6 mois ferme et 6 mois de sursis, et à une amende de 30 000 dinars (180 €) ».

En première instance, le tribunal de cette ville avait condamné Walid Kechida, 25 ans, à trois ans de prison ferme. Placé en détention provisoire depuis le 27 avril, il a donc été remis en liberté dimanche. « Il quitte la prison aujourd’hui après 9 mois de détention et une condamnation sur fond d’un dossier vide et de poursuites infondées », s’est félicité sur Twitter le vice-président de la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADDH), Saïd Salhi.

la-croix

Tags: Algérien ، offense ، islam ، mèmes ، justice
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: