9:01 - April 14, 2021
1
Code de l'info: 3476342
Téhéran(IQNA)-« Trois principaux pays musulmans de la région, l’Iran, l’Arabie saoudite et la Turquie, ont une influence sur les pays faibles ou les États en faillite », a déclaré un expert des affaires internationales.
Dans une interview avec l’Agence iranienne de presse coranique (IQNA), Newan Angelic, expert des affaires internationales et professeur de l’Université de Londres, a évoqué la possibilité d'un retour des États-Unis à l’accord sur le nucléaire iranien et les questions régionales, et déclaré : « La situation actuelle dans la région, est très différente de celle de 2018, 2015 et 2016, lorsque l'accord a été conclu. Trois principaux pays musulmans de la région, l’Iran, l’Arabie saoudite et la Turquie, ont une influence sur les pays faibles ou les États en faillite.
 
Les pourparlers ont montré qu'il est impossible de revenir à la situation d'il y a cinq ans et que les développements régionaux ont pris une nouvelle forme. L'abandon par Donald Trump du JCPOA en 2018, et ses politiques au Moyen-Orient, se heurtaient aux politiques traditionnelles du gouvernement américain, aliénaient les alliés européens et apaisaient uniquement les Israéliens de droite.
 
Malheureusement, le monde se comporte comme Samuel Huntington l’avait prédit, dans son choc des civilisations, au début des années 1990. Nous pouvons le voir en Ukraine, où le fossé entre le christianisme occidental et oriental est non seulement devenu visible, mais peut-être irréconciliable. Boko Haram terrorise les villages chrétiens en Afrique de l'Ouest et al-Shabab à l'est.
 
Dans plusieurs régions tendues d'Asie, nous constatons des discriminations et des actes de génocide contre les minorités musulmanes comme les Rohingyas (musulmans du Myanmar) qui souffrent des persécutions d'un régime dominé par d'autres groupes culturels et religieux. Au Moyen-Orient, le Liban, en tant que symbole de société multi religieuse, est corrompu à cause de son élite politique, mais aussi de plus en plus faible. Des alliances avec différentes interprétations de l'islam se sont formées et des guerres par procuration ont lieu au Yémen, en Irak et en Syrie.
 
Dans une telle situation, les chiites et les sunnites peuvent-ils parvenir à un terrain d'entente ? Les Saoudiens sont des alliés de l'Occident depuis des décennies, alors que leurs politiques vont à l'encontre des valeurs occidentales de défense des droits de l'homme, d'égalité, de démocratie et d'état de droit. Ces relations sont tolérées depuis des décennies pour des raisons stratégiques et économiques. L'Iran a été mis sur liste noire des États-Unis et de l'Occident après la révolution de 1979 parce qu'il menaçait les intérêts économiques et stratégiques de l'Occident, en particulier des États-Unis.
 
Biden a jusqu'à présent montré qu'il n'était pas opposé à une implication des États-Unis si nécessaire, et certainement les politiques étrangères de Trump sont désormais de l'histoire ancienne. La cessation des ventes d'armes a été un signe clair qui montre que les Saoudiens, les Émirats arabes unis et d'autres doivent reconsidérer leur politique étrangère au Yémen.
 
Peut-être devrions-nous examiner la politique de Barack Obama lorsque Biden était vice-président, et essayer de trouver des similitudes. Cependant, les politiques interventionnistes d'Obama ne seront pas poursuivies. Biden a également repris l'aide étrangère aux Palestiniens, ce qui est un signe important de changement de politique étrangère américaine dans la région, et un signe pour le gouvernement israélien.
با توجه به شرایط منطقه، امکان بازگشت به برجام پنج سال پیش وجود ندارد
Biden a déclaré que les États-Unis reviendraient à l'accord du JCPOA lorsque l'Iran réduira ses activités nucléaires. Je ne pense pas que l'insistance de Téhéran à exiger une levée des sanctions avant le retour de l'Iran à la situation initiale, sera fructueuse. Trump n'est plus à la Maison Blanche et une équipe sérieuse d'experts et de politiciens soutient le président dans ses prises de décisions. Après quatre ans, l'Iran devrait profiter de cette occasion pour négocier avec des acteurs rationnels.
 
Quels que soient les défis du système international, les États-Unis sont toujours la puissance dominante et reviennent maintenant à la voie traditionnelle. Les acteurs régionaux redeviennent des alliés traditionnels des États-Unis qui étaient opposés à la politique de Trump envers l'Iran. En conséquence, il est possible de se retirer des affrontements et des sanctions, et de relancer l’accord ».
Publié: 1
En revue: 0
Non publiable: 0
Anonyme
0
0
Un travail journalistique de valeur, parfait et créatif. En attentant vos autres interviews ...
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: