11:18 - October 11, 2021
Code de l'info: 3478314
Téhéran(IQNA)-Elahe Nobakht, juge du festival italien "Religion Today", a déclaré dans une interview à l’Agence iranienne de presse coranique (IQNA), qu’il s’agissait de trouver un langage commun pour les religions à travers le cinéma.

« Une des beautés de ce festival est la vision de Dieu dans les différentes religions. Outre les films qui se concentrent sur les questions religieuses, ce festival examine également des œuvres dans lesquelles la moralité est prise en compte, car les questions morales font partie des concepts religieux.
 
Ce festival qui a lieu chaque année, comprend des longs métrages, des fictions et des documentaires. Le 24ème festival a eu lieu la semaine dernière à Trente, en Italie. Au moins 18 pays célèbres du cinéma étaient présents à cet événement. Concernant le jugement, je dois dire que cette année, c'est la deuxième ou la troisième fois qu’un arbitre iranien était présent à ce festival.
 
La faiblesse de certaines œuvres n'était pas liée à leur contenu, mais à des contraintes financières qui ont nui à la qualité. En dehors de cette critique, il y avait une caractéristique commune à toutes les œuvres, à savoir l’attention aux enseignements religieux et moraux pour résoudre les nombreux problèmes de la vie quotidienne.
 
Mustafa Janap Aydin, cinéaste turc et responsable de la section internationale du festival, a fait un discours intéressant et s'est dit heureux qu'une telle attention aux questions religieuses soit devenue une priorité pour les cinéastes à une époque esclave de la modernité.
 
Les pays islamiques avaient une présence sérieuse dans le festival, en particulier le Nigéria, Singapour, la Malaisie, La Turquie et l'Iran. Le film "Holy Bread" réalisé par Rahim Zabihi, qui a remporté le titre du meilleur documentaire, n’était pas le seul film iranien.
 
Dans la section court métrage, le film « Je ne serai jamais seul » réalisé par Yaser Talebi, sur les dons d’organes, a remporté le titre du meilleur film. Dédier deux prix aux films iraniens montre la puissance des cinéastes iraniens qui ont toujours du succès dans les festivals étrangers. Par conséquent, il suffit de soutenir les jeunes cinéastes pour assister dans l'avenir, à de grandes œuvres dans le cinéma de notre pays ».
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: