7:48 - January 14, 2022
Code de l'info: 3479404
Téhéran(IQNA)-Hasiyet Ehmet, aujourd’hui âgée de 57 ans et résidente du comté de Manas (en chinois, Manasi) dans la préfecture autonome de Changji Hui au Xinjiang, est sans nouvelles depuis son enlèvement par les autorités en mai 2017.

Une femme ouïghoure qui a été arrêtée au milieu de la nuit dans la région chinoise du Xinjiang il y a plus de quatre ans a été condamnée à 14 ans de prison pour avoir donné une éducation islamique aux jeunes de son quartier et caché des copies du Coran.

Hasiyet Ehmet, 57 ans originaire du comté de Manas (Manasi) dans la préfecture autonome Changji Hui du Xinjiang, est portée disparue depuis que des autorités chinoises l’ont kidnappée en mai 2017.

Après le premier rapport de RFA (Radio Free Asia) sur le cas de Hasiyet, une source proche de la situation a déclaré au service ouïghour de RFA que la femme avait été condamnée à 14 ans de prison – sept pour avoir enseigné le Coran et donné des cours de religion aux enfants locaux, et une autre sept pour avoir caché deux exemplaires du texte sacré pendant une période où la police a commencé à confisquer des livres religieux aux habitants du comté de Manas, précise le Muslim Times.
 
Des agents chinois du poste de police n°3 du comté sont entrés chez Hasiyet et lui ont mis une cagoule noire sur la tête, ignorant ses appels à changer ses vêtements ou à prendre ses médicaments avant de l’escorter.

Selon un fonctionnaire du tribunal du comté de Manas, Hasiyet Ehmet a été condamné à 14 ans de prison.
 
Selon RFA (Radio Free Asia), pendant des années, les autorités chinoises de la région autonome ouïghoure du Xinjiang ont ciblé et arrêté un certain nombre d’hommes d’affaires, d’intellectuels et de personnalités culturelles et religieuses ouïghours dans le cadre d’une campagne visant à surveiller, contrôler et assimiler les membres. du groupe minoritaire afin de prévenir l’extrémisme religieux et les activités terroristes.

Depuis 2017, 1,8 million d’Ouïghours et d’autres minorités turques auraient été incarcérés dans un réseau de centres de détention au Xinjiang.

Pékin a contesté de nombreuses plaintes documentées selon lesquelles il aurait abusé des musulmans du Xinjiang, affirmant que les camps sont des instituts de formation professionnelle.

alnas

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: