L'échec en Afghanistan est toujours une ombre pour l'administration Biden

11:05 - August 15, 2022
Code de l'info: 3481691
Téhéran(IQNA)-À l'anniversaire de la chute de Kaboul aux mains des talibans, et du retrait des forces américaines, il semble que malgré les récentes réalisations de Biden, les effets de cette chute soient toujours une faiblesse pour Biden et le Parti démocrate.

Le 15 août 2021, le gouvernement afghan, soutenu par les États-Unis, est tombé, un horrible attentat à la bombe a tué 13 soldats américains et 170 autres personnes, et des milliers d'Afghans se sont précipités pour quitter l'aéroport de Kaboul avant la chute définitive du gouvernement afghan.

Christopher Borick, directeur du « Public Opinion Institute » du « Muhlenberg College » de Pennsylvanie, a déclaré : « Les choses allaient très bien en ce qui concerne la stabilisation de l'économie et la manière dont l'administration gérait la pandémie. Ces questions étaient plus importantes pour les électeurs américains, que la guerre en Afghanistan. Mais l'Afghanistan a brisé la réputation du gouvernement américain, et Biden n'a jamais été en mesure de la restaurer. Alors que Biden fait toujours face aux retombées du retrait d'Afghanistan l'été dernier, les cas de Covid-19 ont recommencé à augmenter, et l'inflation, les pénuries de main-d'œuvre et l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ont exercé des pressions sur l'économie, qui ont fatigué les Américains.

بایدن در کاخ سفید

L’indice de popularité de Biden dans un sondage de juillet 2021 par « l'Associated Press-NORC Public Relations Research Center » avait atteint les 59%, mais un sondage AP-NORC réalisé le mois dernier, l'a mis à 36%.

Les responsables de la Maison Blanche et les alliés de Biden espèrent que le président est maintenant dans un tournant qui sera en sa faveur.

L'administration a récemment remporté des victoires notables à Capitol Hill (Congrès américain), notamment l'adoption de la loi de 280 milliards de dollars, conçue pour stimuler l'industrie américaine des semi-conducteurs. Le Congrès a également approuvé un programme pour les anciens combattants qui pourraient avoir été exposés à des substances toxiques provenant de la combustion de déchets sur les bases militaires américaines. Et au cours du week-end, la Maison Blanche a signé un accord sur une législation des soins de santé et le changement climatique, qui augmentera les impôts sur les hauts revenus et des grandes entreprises, et selon le gouvernement, aidera également à amortir les effets de l’inflation.

خروج سربازان آمریکایی از افغانستان

Biden a eu d'autres réalisations législatives. En novembre, il a signé un accord d'infrastructure de 1 trillion de dollars pour financer la reconstruction de routes, de ponts et d'autres projets majeurs. En avril, le Sénat a confirmé la candidature historique de Ketanji Jackson Brown, au poste de Juge à la Cour suprême des États-Unis, sur proposition du président Joe Biden, qui est devenue la première femme noire à occuper ce siège. À la Cour suprême, en juin, le Congrès a adopté les modifications les plus importantes apportées aux lois sur les armes à feu en près de 30 ans.

Eric Schultz, conseiller principal de l'ancien président Barack Obama, soutient qu'il y a des raisons pour que la Maison Blanche espère que la situation changera avec les récentes victoires législatives, et a déclaré : « La question est de savoir avec quoi les démocrates sont arrivés au pouvoir en 2020 ? Je pense que pour les démocrates qui se rendront aux urnes en novembre, nous aurons une meilleure réponse à cette question qu'il y a quelques semaines. L'opération qui a tué al-Zawahiri a également fourni des preuves solides que les estimations de Biden en tant que commandant en chef, étaient correctes. Le président en Afghanistan, a pris la décision qui était dans l'intérêt de la sécurité nationale des États-Unis, pour que nous puissions mettre en œuvre nos exigences antiterroristes sans milliers de soldats sur le terrain ».

William Howell, politologue et directeur du « Center for Effective Government » de l'Université de Chicago, a déclaré que le plus gros problème était la montée en flèche de l'inflation et la pandémie : « La tragédie de l'Afghanistan, lorsque les électeurs américains ont commencé à remettre en question les capacités de Biden à tenir ses promesses électorales de « plus grande empathie » et de « coopération avec les alliés », après les quatre ans d'« America First » de Donald Trump, est devenue un moment déterminant de la présidence de Biden. Dans les derniers jours de la guerre, les États-Unis ont effectué le plus grand pont aérien de l'histoire américaine, évacuant environ 130 000 citoyens américains, ressortissants alliés et Afghans travaillant avec les États-Unis. Biden cependant, continue de faire l'objet de critiques de la part des défenseurs des réfugiés qui estiment que l'administration n'a pas réussi à réinstaller les Afghans qui ont coopéré avec les États-Unis dans la guerre en Afghanistan. Le mois dernier, plus de 74 000 demandeurs afghans étaient toujours dans la file d'attente pour recevoir des visas d'immigrants spéciaux qui n'incluent pas le conjoint et les enfants », a-t-il précisé.

قدرت‌گیری نیروهای طالبان در افغانستان

Le chef de la minorité au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré aux journalistes que si le meurtre d'al-Zawahiri était une victoire pour les services de renseignement, cela prouvait que les talibans - qui ont été évincés par les forces américaines après le 11 septembre pour avoir hébergé al-Qaïda - une fois de plus, abritaient Al-Qaïda. Selon McDonnell, il convient de noter qu’Al-Zawahiri se trouvait à Kaboul et qu’avec le retour des talibans au pouvoir, Al-Qaïda est revenu sur le devant de la scène.

4077058

Prénom:
Email:
* Commentaire:
captcha