11:00 - March 16, 2015
Code de l'info: 2991649
Ottawa(IQNA)-Sydney Nemes, de la boucherie J&R Kosher, ne vend que de la viande casher. Il n’entre donc pas de porc dans son commerce.

Les bouchers offrant des viandes certifiées casher et halal se sont dits déçus, mais pas surpris, par la quantité élevée de porc vendu comme du veau dans les restaurants et les boucheries de la région montréalaise.
«Ces commerçants n’ont pas de conscience», lance Mohamed Rekik, du marché L’Olivier, à Montréal.
M. Rekik ne vend que des viandes halal, qui satisfont aux règles de la communauté musulmane. Il n’entre donc pas de porc dans son commerce, viande interdite dans la religion islamique.
Mais le propriétaire du commerce situé près du marché Jean-Talon comprend les raisons qui poussent les commerçants à agir ainsi.
«Le prix de la viande a tellement monté récemment. Mais le mieux demeure tout simplement de faire payer le juste prix aux clients pour le bon produit», dit-il.
Difficile à débusquer
Réaction similaire dans la communauté juive, qui bannit également le porc du menu.
«C’est consternant comme résultats. Surtout qu’il n’y a plus moyen de savoir quelle est la viande lorsqu’on ajoute de la sauce», ajoute David Ouellette, porte-parole du Centre consultatif des relations juives et israéliennes.
Sydney Nemes, propriétaire de la boucherie casher montréalaise J&R Kosher, n’avait jamais entendu parler de telles substitutions de veau par du porc, mais en même temps il n’est pas surpris.
«Les scandales des viandes ne datent pas d’hier. On n’a qu’à penser à ceux de la viande de cheval au fil des ans», dit-il.
Pour lui, la meilleure façon de se prémunir contre ces erreurs est d’acheter des viandes casher, c’est-à-dire qui respectent les règles du judaïsme.
«Pas besoin d’être religieux pour ça. C’est juste que le processus est certifié par un rabbin, qui est toujours présent dans ma boucherie. Même qu’il barre la porte quand il s’en va.» Difficile, selon lui, de faire entrer un porc ou un cheval par mégarde.
Conséquences religieuses
Ces trois experts s’entendent toutefois pour dire que les conséquences religieuses de manger du porc par les juifs et les musulmans pratiquants sont généralement peu importantes.
Pour M. Ouellette, la plupart des juifs ne sont pas concernés par les substitutions, que ce soit ceux qui ne mangent que de la viande casher ou ceux qui choisissent de manger du porc.
«Seule la minorité de juifs qui ne consomme pas toujours casher, mais qui ne veut pas manger de porc peut subir les conséquences de ces erreurs», expli¬que David Ouellette.
Et même là, tout peut être pardonné.
«Si l’erreur est faite de bonne foi, ce n’est pas un péché, ajoute Mohamed Rekik. On est tous exposés à faire des erreurs. L’important, c’est de ne pas manger la viande si on a un doute.»
journaldemontreal

Tags: viande ، casher ، halal ، porc
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: