10:09 - March 18, 2020
Code de l'info: 3472311
Téhéran(IQNA)-Selon le politologue français Jérôme Fourquet, le nombre de nouveau-nés de sexe masculin portant des prénoms arabes ou musulmans est passé de 1% en 1960 à 19% aujourd’hui.
Fourquet a noté que la baisse du taux de natalité français – il y avait 70 000 enfants de moins nés en 2019 qu’en 2014 – a conduit à la croissance des noms arabo-musulmans chez les nouveau-nés. Il a ajouté que «des flux migratoires soutenus, en particulier depuis le début des années 2000», ont également contribué à cette tendance, rapporte Le Figaro.
 
«L’étude de la prévalence des types de prénoms chez les nouveau-nés permet notamment d’agréger la force des flux migratoires légaux et illégaux, car, à quelques exceptions près, tous les enfants nés sur le sol français sont inscrits à l’Insee [France’s national statistics bureau], même si leurs parents sont illégaux », a-t-il ajouté.
 
Pour lutter contre la baisse du taux de natalité, Fourquet n’a pas préconisé le modèle allemand de migration de masse mais a déclaré que la France ne devait pas «s’enfermer dans une alternative binaire entre les politiques natalistes ou le recours à l’immigration».
 
«Si l’Allemagne a favorisé l’immigration, c’est parce que l’âge de la retraite est déjà très élevé et que le taux de chômage est à son plus bas (3,5%). La France pourrait jouer sur ces deux leviers et notamment sur le taux de chômage pour augmenter significativement le nombre de cotisants, avant de recourir à une immigration supplémentaire », a-t-il déclaré.
 
Des changements démographiques ont également été observés parmi les groupes religieux en France, un rapport publié l’année dernière montrant qu’il y avait maintenant autant de musulmans pratiquants dans la tranche d’âge de 18 à 29 ans que de catholiques romains.
 
Prénom:
Email:
* Commentaire: